INTRODUCTION

« Hizmet » est un mot turc qui signifie « service », et c'est le terme le plus couramment employé par les acteurs du Mouvement.


Le Mouvement est né dans les années 70, en Turquie. C'était une initiative d'inspiration religieuse visant à améliorer les possibilités éducatives offertes à la communauté locale. Depuis, il est devenu un mouvement international éducatif, interculturel et interreligieux. On estime à plusieurs millions le nombre de ses acteurs. Le Mouvement Hizmet dispose d'institutions solidement établies et respectées (de différentes natures, mais principalement des écoles) sur chaque continent.


Le Mouvement Hizmet permet de montrer la capacité d'un mouvement inspiré par l'islam, de mobiliser un très grand nombre d'individus religieux et pratiquants qui acceptent et préfèrent un ordre social et politique laïque pluraliste et démocratique.


Une compréhension claire de ce Mouvement peut aider d'autres acteurs culturels et mouvements pacifiques à étendre leur champ d'action en vue de la paix sociale et de la coopération entre les civilisations. Apprendre à connaître le Mouvement peut contribuer à la vitalité de la société civile, ce qui peut aider à réduire la polarisation et la division de la population en Turquie et dans d'autres nations semblables.


Peu de recherches ont été menées sur des mouvements sociaux inspirés par la religion et visant la paix. La plupart des études ignorent la présence d'éléments non politiques dans des mouvements émergents. Elles ignorent totalement les thèmes comme la philanthropie, l'altruisme et le volontarisme qui permettent d'expliquer la dynamique de participation aux activités qui ne profitent pas directement à ceux qui y prennent part. De telles études ne s'attardent pas sur la question : pourquoi (et comment) la religion – l'islam dans le cas du Mouvement Hizmet – répond au besoin de responsabilisation culturelle et politique ?


Oui, la religion et la responsabilisation qu'elle implique sont une part substantielle de la société civile et de la démocratie. La foi et la responsabilisation contribuent de façon importante à préserver et à développer le volontarisme et le dialogue. Elles aident à construire des relations permettant d'atteindre des buts communs. Elles encouragent les gens à rivaliser pour faire le bien et fournir des services non matérialistes et non conflictuels. L'expérience religieuse implique des compréhensions, des valeurs et une expérience autres que celles qu'entretiennent les théories protestataires et les actions politiques conflictuelles. Il est nécessaire d'admettre à quel point ces facteurs affectent socialement les opinions, les choix et les actions des gens.

L'expérience religieuse et son influence sont au cœur de toute société. La foi est une force dynamisante qui aide à construire des relations de confiance, un « capital social » pour les mouvements pacifiques de la société civile. Elle ne produit pas seulement des relations conflictuelles. La foi ne peut pas toujours être réduite ou analysée en termes de quelque chose d'autre qu'elle-même. La croyance et la responsabilisation qu'elle apporte ne sont pas des variables dépendantes, déterminées et structurées par les conditions sociales, économiques et politiques. Ainsi l'expérience religieuse ne peut pas être rejetée comme le substitut de quelque chose qui serait une action politique directe ou conflictuelle. Elle ne peut pas être « justifiée » en termes de buts sociétaux ou psychologiques, ou d'autres buts matériels tels qu'un pacifisme esquivant les conflits, etc.


Comme le Mouvement Hizmet est un mouvement de la société civile inspiré par la religion, ses acteurs sont motivés par les ressources spirituelles et les valeurs morales tirées de la tradition musulmane, telles que l'altruisme et d'autres motivations spirituelles.


Les actions et les interprétations particulières du service peuvent utilement éclairer une diversité de discussions sur les forces sociales et religieuses liées à l'islam et aux mouvements musulmans pacifiques, sociaux et culturels. Ce qu'on peut en apprendre peut aussi mettre en lumière certaines circonstances et certains aspects de l'histoire récente de la Turquie.


Le Mouvement Hizmet, mouvement contemporain, se préoccupe de formes d'action, de contenus et de sens qui sont qualitativement différents de la tradition d'affrontement qu'on voit dans les sociétés européennes. Il n'entre pas dans les catégories conventionnelles du mouvement ouvrier, dans le capitalisme industriel et dans les mouvements de gauche modernes.

Outre les inégalités ou les changements dans la société qui sont de nature économique et politique, il existe des changements et des conceptions qui naissent des différents rétrécissements des champs, dans lesquels s'expriment les valeurs culturelles et morales. Des conceptions et des valeurs comme la religion, la famille, la morale et certaines parties de l'histoire d'un peuple ont été mises de côté ou oubliées. De nombreux mécanismes d'autocontrôle et d'autonomie, en particulier ceux qui naissent de l'héritage culturel et de la religion d'un peuple, ont été rejetés par la modernité. Leur influence constructive a baissé, et ils se sont réduits jusqu'à devenir de simples expressions d'individualisme ou d'évasion.

Le Mouvement Hizmet admet qu'une synthèse nouvelle et globale, issue du passé mais fondée sur des valeurs universelles et des réalités modernes, est nécessaire. Le Mouvement insiste donc sur un ensemble de facteurs différents comprenant des valeurs comme l'égalité, la liberté, la dignité, l'altruisme, une vie de qualité, l'écologie et la moralité. Ce sont des points nécessaires et des questions que la structure sociopolitique dominante actuelle ne prend pas en compte.


Les mouvements d'inspiration religieuse, en particulier islamiques, peuvent être très différents des mouvements sociaux que les sociologues et les spécialistes de sciences politiques ont jusqu'ici analysés. Ainsi, pour éviter tout réductionnisme, étudier de tels mouvements d'inspiration religieuse exige une concentration de la part des chercheurs travaillant sur le mouvement social et habitués à analyser les mouvements de protestation et de la pensée politique en Europe et en Amérique du Nord.


Le réductionnisme social, politique, économique ou méthodologique intervient quand des chercheurs apportent une explication partielle à l'action collective. Il n'est pas satisfaisant car il ne prend pas en compte, ou il déforme, certains aspects importants d'un mouvement et de son histoire. Par exemple, il peut considérer des services philanthropiques ou un potentiel culturellement innovant comme politiquement subversifs alors qu'ils ne le sont pas.


Étudier le Mouvement Hizmet peut améliorer notre capacité à analyser des événements futurs et à résoudre les contradictions des analyses sociopolitiques de la Turquie et de la région. Cela peut aussi contribuer à notre compréhension des mouvements sociaux contemporains et de leur potentiel.


TOP