LES OBJECTIFS

Le Mouvement Hizmet ne répond pas seulement aux questions posées par ses acteurs. Au contraire, dans le Mouvement, les acteurs cherchent les réponses aux questions auxquelles la société moderne complexe est confrontée. Ces questions peuvent concerner le développement des qualités humaines, le bon comportement, l'amour pour les autres, l'enthousiasme pour devenir meilleur et une volonté de servir les autres, de changer les choses dans le monde et de persévérer dans ce désir malgré les reculs et les échecs.

Le Mouvement sert par conséquent de médiateur pour ces demandes. Il invite et autorise la société à assumer la responsabilité de ses propres actions, dans le cadre de la légalité. Il aide à créer des espaces publics communs au sein desquels les gens peuvent se retrouver pour partager la responsabilité dans un domaine social. Les accords qu'ils passent à ces occasions dépassent les intérêts et les positions de parti.

Cette forme de coopération engendre des énergies innovatrices, garde le système ouvert, produit de l'innovation et des institutions nouvelles. Elle développe des élites. Elle apporte, dans le domaine du décidable, ce qui en avait été exclus. Elle éclaire ainsi les domaines de complexité qui posent problème au sein d'un système. Un tel mouvement est indispensable pour fonctionner sainement dans une société démocratique et ouverte.


Selon Gülen, le principal problème dans le monde est le manque de connaissance, et les problèmes relatifs à la production et au contrôle de cette connaissance. On ne peut véritablement produire, maintenir et diffuser les connaissances que grâce à l'éducation, et non par les partis politiques. L'éducation est la clé pour devenir un individu meilleur, productif et bénéfique, qu'on soit musulman ou non. Gülen pense que les sciences, les humanités et la religion se renforcent et se complètent mutuellement, au lieu de se combattre et de s'affronter. L'efficacité et l'envergure du réseau d'écoles inspirées par Gülen dans le monde sont la preuve du succès de la philosophie éducative de Gülen. Cette philosophie prône l'éveil personnel, et accorde une importance égale à la transmission de valeurs éthiques et à une solide formation en sciences profanes.


Par « civilisation », Gülen entend le renouveau des individus et de la société en termes de comportement éthique et de mentalité. Gülen, par son mode de vie non violent, cultive une forme de paix holistique, condamne le terrorisme et la violence, et contribue à mobiliser un mouvement de changement spirituel et social dans le monde.

Gülen motive les individus par des buts autres que ceux que leur imposent les groupes d'intérêt dominants. Il parle de liberté de parole et de consolidation des institutions démocratiques, afin que les intérêts particuliers ne puissent soumettre à leurs propres buts les valeurs et les conceptions variées auxquelles tient la société. Il appelle à discuter et à redéfinir de nombreux sujets sociaux et culturels. Accepter la pluralité des conceptions à la manière défendue par Gülen convient à la vraie nature d'un être humain civilisé. Sa compréhension des choses et ses efforts incitent beaucoup de personnes à travailler pour trouver une voie de sortie des crises et des conflits du monde.


Il faut d'abord rappeler que les buts du Mouvement sont manifestes. Les décisions sont prises et les buts déterminés dans des réseaux de service ouverts à tous, en toute transparence et sans cacher l'existence ni les objectifs du Mouvement, ni garder secrète l'identité des acteurs. Les buts sont fixés à travers une discussion publique et une prise de décision rationnelles. Ainsi, le Mouvement n'a pas d'existence ni d'intention cachées, à l'abri d'une supervision extérieure. Une autre caractéristique de ses buts est qu'ils sont systématiquement positifs, constructifs et non perturbateurs. Ils sont non violents, non coercitifs et pacifiques en théorie et en pratique. En particulier dans les institutions éducatives inspirées par Gülen, le premier but de l'éducation est d'inciter le respect de valeurs humaines objectives et universelles.


En conséquence de la diversité environnementale des personnes dans les réseaux de service, le Mouvement se concentre sur des buts généraux, précis, concrets, unificateurs et constructifs plutôt que sur des buts changeants et hors d'atteinte ou des intérêts passagers. Cette convergence conduit le Mouvement à adopter la conception d'une « hiérarchie permanente d'intérêts » dans la société. Les priorités du Mouvement sont l'éducation, le dialogue interreligieux et des services à la communauté non politiques, non conflictuels et non violents, améliorant l'individu et développant le potentiel social et culturel.

Le modèle de développement, d'harmonisation et de spécialisation peut varier sur des points de détail de pays à pays. Cependant, le thème central ou le but du Mouvement Hizmet a toujours été de ne jamais se transformer en mouvement politique, idéologique, d'opposition, mouvement conflictuel ou violent à aucun moment et en aucun endroit. Bien entendu, il n'est jamais demandé ni permis aux acteurs de contester les contraintes fixées par la loi. L'histoire du Mouvement, jusqu'à ce jour, n'a jamais révélé d'écart par rapport à ce principe.


Créer des alliances et des liens, et définir des buts communs, est un élément essentiel du succès du Mouvement Hizmet dans les systèmes et les sociétés où ses membres travaillent. Les enquêtes menées par des institutions et des organisations indépendantes montrent qu'une grande population mondiale – turque et étrangère – approuve le travail et les actions des acteurs de Gülen et du Mouvement. Les résultats des enquêtes indiquent une large approbation des valeurs et des objectifs du Mouvement.


Le Mouvement Hizmet coopère avec d'autres organisations légitimes et institutionnalisées préoccupées par les mêmes problèmes. Il tient à développer des initiatives conjointes fondées sur des définitions compatibles. Les activités des institutions éducatives, comme les Olympiades de la science et de la connaissance, les programmes d'échanges d'étudiants, les activités de la Fondation des journalistes et écrivains autour du monde, les centres locaux et régionaux culturels et de dialogue, et le travail d'aide aux victimes dans différents pays sont de bons exemples de cette coopération.


Les ambitions politiques et personnelles ne font pas parties des objectifs du Mouvement. Une action hors de tout consensus, c'est-à-dire une action ou une initiative lancée sans réflexion, discussion et consultation collectives, n'est pas permise. Il n'est pas permis d'acquérir un gain personnel et matériel par le biais des services rendus dans le cadre du Mouvement Hizmet. L'extrémisme, l'immoralité et les mauvaises habitudes sont dénoncés par le Mouvement.


Les acteurs du Mouvement possèdent une claire interprétation des services, du champ de leur action, des buts et des instruments employés pour les atteindre. En conséquence, ils savent ce qu'ils peuvent accepter ou non en échange de ce qu'ils font. Le Mouvement a également accumulé une immense expérience qu'il réussit très bien à transmettre à ses acteurs comme aux autres personnes. Il n'y a donc pas, dans le Mouvement, de fossé entre des buts et des attentes hors de portée d'un côté, et les récompenses de l'autre. On peut nettement distinguer le Mouvement Hizmet de l'action directe, des mouvements de protestation, des chapelles et des sectes, en raison de la clarté de ses buts généraux et de ses objectifs spécifiques, de la faisabilité de ses projets, de la légalité des moyens mis en œuvre et des buts poursuivis, et de sa responsabilisation sur les projets.


Tous les buts à court terme des acteurs impliquent soit l'amélioration de la qualité soit l'extension des services offerts par le Mouvement. Les buts à long terme concernent le développement personnel et l'agrément de Dieu, obtenu grâce à de tels services. Il est intéressant de noter que certains buts, à court terme ou à long terme, sont identiques. Par exemple, les acteurs peuvent vouloir améliorer leurs propres qualifications afin d'offrir un meilleur service ou de servir un plus grand nombre de gens. Leurs buts ne concernent pas seulement des objectifs instrumentaux, comme la recherche d'un statut social pour eux-mêmes ou pour une communauté ou un réseau particulier, mais sont plus universels par nature. Par exemple, il se peut qu'ils souhaitent répandre des sentiments d'amour et de tolérance, ou enseigner la capacité à dialoguer entre les gens qui se considèrent comme différents.


Il est universaliste en raison des objectifs qu'il poursuit, de la façon dont ses institutions et ses services sont gérés, de la place et du poids qu'il accorde à la socialisation, et parce que, tirant profit de la sagesse commune, il est adaptable et évolutif. Le Mouvement est universaliste aussi parce qu'il ne recherche pas d'avantages pour ses seuls acteurs ou éléments constitutifs, mais qu'il s'efforce d'être bénéfique à la société dans son ensemble.


La solidarité n'est pas en tant que telle la cause ou le but premier de la formation et de l'action collective du Mouvement. Elle est un effet secondaire, ou tertiaire, résultant de l'action et des services collectifs. Pour dire les choses simplement, le Mouvement et ses acteurs ne recherchent pas la solidarité comme un but de leurs efforts, mais la solidarité est plutôt la résultante de leur effort en commun. La solidarité que les acteurs vivent vient de ce qu'ils font ensemble, ce qu'ils ont collectivement décidé de considérer comme bon pour eux-mêmes et pour la société au sens large. On peut voir une telle solidarité comme une conséquence « naturelle » (et non comme un ingrédient « politiquement fabriqué » ou « artificiel »).

Les organisations qui recherchent la solidarité doivent faire en sorte que leurs membres soient tournés vers l'intérieur et « à l'abri » de l'influence ou des conceptions extérieures venant du grand public. Il en va différemment avec le Mouvement Hizmet, qui cherche toujours des terrains d'entente avec les autres.


Non. Des changements de circonstances n'entraînent pas de modifications dans les normes et les valeurs du Mouvement. Ses normes et ses valeurs ont fermement résisté dans le temps, si bien que le Mouvement n'a ni souffert ni changé à cause de crises ou de conflits dans la société, ou pour faire face à des développements nouveaux. Il s'est au contraire renforcé. Il en va autrement dans les mouvements politiques, où l'intérêt personnel et les calculs de rentabilité conduisent en général à des modifications des normes.

Le Mouvement Hizmet a été capable de réagir aux nouvelles évolutions, aux exigences du monde contemporain et aux réalités émergentes. Il a été capable de défendre ou de définir le sens de son action au vu de ses normes et de ses valeurs permanentes. Jusqu'à ce jour, aucun événement n'a provoqué de crise dans aucun domaine de la régulation normative (changement de valeurs) à travers le Mouvement. Analyser une action collective telle que le Mouvement Hizmet en se focalisant sur l'intérêt privé et les calculs de rentabilité, ou les conflits d'allocation de ressources dans le marché politique, sans faire référence à des valeurs symboliques, normatives et supérieures, est une approche réductrice. Cette forme réductrice ne peut révéler que peu de choses du Mouvement. L'altruisme et l'engagement personnel dans des causes chargées de valeurs tels qu'on les voit dans le Mouvement, sont des réalités qui ne peuvent être réduites à l'intérêt personnel.


Non. Les objectifs du Mouvement ne sont pas de construire une solidarité interne en créant une contreculture. Le Mouvement Hizmet n'est pas un ensemble de réseaux et d'institutions dans lesquels les acteurs peuvent continuer leurs propres activités (publiques et privées) ou poursuivre leurs propres intérêts (politiques ou commerciaux). Le Mouvement Hizmet n'est pas un moyen, un substitut ou un sous-traitant permettant à certains de protéger leurs intérêts idéologiques, politiques et économiques. Ce n'est pas une société parallèle où vivent une communauté ou des amis, d'une façon de plus en plus radicalisée, fermée au monde et aux communautés mondiales. Le Mouvement est au contraire cohérent dans ses normes, ses valeurs et ses buts. Les gens qui financent ses initiatives sans se considérer comme « appartenant » au Mouvement ne se sont jamais plaints en disant que ses initiatives seraient fondées sur des engagements idéologiques ou politiques de la part de ceux qui les organisent.


Beaucoup de personnes ressentent leur appartenance au Mouvement Hizmet et à la société au sens large à travers le Mouvement. Leur participation commence par des projets et des objectifs à court terme. Avec le temps, cette participation bénévole se transforme en engagement et en affiliation à long terme et devient le fondement de futurs services altruistes à la communauté. Pour les participants, le sens de leur participation réside dans leur action, dans leur engagement bénévole et dans leur vocation.


Le Mouvement Hizmet n'est pas une organisation ou un mouvement exclusiviste et idéologique. Il ne repose pas sur des motivations symboliques telles qu'une cause sacrée, une fraternité révolutionnaire ou le martyre. Cette forme de justification augmente le risque de conflits internes et de factions.

Le Mouvement Hizmet ne connaît pas d'orthodoxie doctrinale, n'est pas une organisation exclusiviste et n'a connu aucun désaccord interne sur la tactique, les buts ou la personnalité des gens. Aussi, comme les différents réseaux ont des tâches et des intérêts, et qu'ils réagissent de manière spécifique aux besoins pressants de l'environnement, ils ne concourent pas pour le pouvoir. En outre, comme la solidarité n'est pas un but en soi et n'est pas produite artificiellement, elle ne peut être exploitée pour constituer des factions.

Dans les réseaux de service, il y a peu de différences significatives dans la hiérarchie des rôles, et les paramètres des projets et des récompenses ne sont pas très différents. En outre, les tâches qui exigent une spécialisation fonctionnelle sont déjà accomplies pour les SMO par des professionnels ou par des réseaux. Les acteurs du Mouvement coopèrent sur des projets raisonnables, faisables et prometteurs, qui sont choisis après une consultation. Ainsi les participants ne se bercent-ils pas d'illusions avec des projets irréalisables ou des caprices passagers. Les acteurs du Mouvement ont depuis des années essayé, démontré et appris à travers leurs projets, y compris tous les types d'initiatives et d'institutions éducatives. Dans le contexte du Mouvement, par conséquent, des groupes de participants ne peuvent pas prendre brusquement le large et se lancer dans des eaux inexplorées.

Bref, le processus de consultation, de travail en réseau et de professionnalisation évite l'émergence de tensions et de factions.


Le risque de fragmentation et de schisme dans le Mouvement est improbable pour plusieurs raisons : le Mouvement Hizmet n'a pas d'idéologie, sa vision du monde ou son système de croyance n'est pas relié de façon dogmatique à une quelconque orthodoxie figée d'interprétation des valeurs et des idéaux reçue du passé. Il n'est pas fermé à une présentation renouvelée de ses propres traditions et références proches (celles de l'érudition islamique) ou aux idées venant de l'extérieur de cette tradition. Il n'est pas non plus fermé à des formulations et des pratiques nouvelles qui ouvrent sur une vaste source commune de valeurs et d'idéaux compatibles avec différentes traditions.

Gülen et le Mouvement ne s'occupent pas de points de vue dogmatiques, mais de valeurs telles que le compromis, la stabilité, la protection de la vie, l'honneur et la dignité de l'être humain, le dialogue et la consultation, ainsi que la justice, l'équité et les droits de l'homme. Il s'ensuit que les SMO du Mouvement ne peuvent réclamer un retour à la pureté originelle d'une idéologie, ou quelque chose de cette nature.

Pour son militantisme durable, positif, constructif et non conflictuel, le Mouvement s'appuie sur la cohésion sociale ou l'unité des idées, des moyens et des buts de ses différents acteurs. Il ne repose pas sur une solidarité exclusiviste qui différencierait certains d'entre eux par rapport à d'autres, ou tous, dans leur ensemble, par rapport à la société au sens large ou au monde. Ce qui importe toujours le plus, ce n'est pas le nombre d'acteurs mais la qualité de leur engagement intérieur en faveur d'une conception du service altruiste et bénévole, telle qu'elle est largement partagée au sein du Mouvement.


Des conflits naissent dans une organisation ou un mouvement à cause de : a) un manque de communication et de coopération internes, b) un manque d'équité dans la distribution des ressources et des incitations, c) le dénuement de certains de leurs membres, d) des perspectives ou des projets imposés qui sont irréalistes, peu prometteurs ou obsolètes et e) des risques personnels ou collectifs croissants.

Dans le Mouvement Hizmet, pourtant, les acteurs appartiennent à de nombreux réseaux sociaux tout en participant à des projets de service spécifiques. Ils ont également accès à la communication de masse à propos des activités et des valeurs du Mouvement à travers les médias et les organes de presse. Le Mouvement ne manque donc pas de ressources en matière de communication. Il ne manque pas d'occasions de mettre en œuvre des stratégies différentes mais complémentaires. Il est capable de procurer à ses membres des explications et des perspectives nouvelles concernant les réalités émergentes.

Le fait que les projets et les prises de décisions collectives soient des actions locales évite que naisse un sentiment d'iniquité à propos des ressources et des avantages, empêche que soient imposés des projets irréalistes ou obsolètes, et écarte tout prise de risque potentielle. Pour toutes ces raisons, les conflits internes sont devenus improbables à l'intérieur du Mouvement Hizmet.


Non. Le Mouvement n'envisage et ne poursuit aucun changement d'ensemble brusque chez les gens, et/ou concernant l'orientation dans le développement des projets. Son intention est d'éduquer les gens, avec patience et dévouement, au fil du temps, afin de leur permettre de gérer paisiblement la complexité et la pluralité auxquelles ils sont confrontés.

La prise de décision, dans les réseaux de service, n'est ni centralisée ni invisible. Les décisions de développement de projet sont prises par des individus particuliers, ou des groupes privés. Comme les gens ont le droit d'intervenir dans la prise de décision, le processus est participatif, et il n'est ni possible ni crédible qu'existe une intention cachée de changements brutaux.


Non. Le Mouvement Hizmet n'a pas la prétention irréaliste d'apporter une transformation d'ensemble sur des questions systémiques et globales. Son action collective répond plutôt et procure des solutions viables à des problèmes locaux, qui naissent d'inefficacités systémiques et de problèmes globaux. La capacité d'autoréflexion, de compétence et d'efficacité du Mouvement lui donne la possibilité de poser et d'affronter le problème de la modernité. Le Mouvement aide à formuler des solutions au niveau de l'autonomie de l'individu. Ce potentiel et cette autonomie préparent les individus à se développer paisiblement et à s'intégrer sainement dans la période contemporaine.

Les sociétés contemporaines sont complexes, et le changement ne peut y être géré que par l'éducation, l'information, l'interaction et la coopération. On ne peut réussir que très peu de choses, voire rien, par l'action unilatérale, en appliquant une force de coercition, ou en gaspillant la vie humaine en versant le sang dans la guerre ou en étranglant économiquement. Un changement bénéfique et durable implique des décisions, des choix, un accord et une coopération internes, comme entre sociétés et civilisations. De cette façon, seuls des projets et des politiques faisant consensus quant à leur valeur peuvent réussir. Personne par personne, projet par projet, le Mouvement travaille pour un changement durable.


Les circonstances au milieu desquelles nous vivons aujourd'hui nécessitent un monde bien mieux éduqué, plus équitable et plus pacifique, et la coopération entre civilisations. Le Mouvement Hizmet investit continuellement, et mène une recherche permanente en vue de l'amélioration et du développement individuel et institutionnel. Il travaille par prise de décision consensuelle, par rotation des positions managériales de direction, par la surveillance et l'inspection des SMO par des commissions. Il apporte l'attention nécessaire à l'expertise et au conseil utile. Ses acteurs se rassemblent pour construire et maintenir des SMO efficaces et efficients, satisfaisant des besoins locaux, dans de nombreuses sociétés à travers le monde.

Il semble que le monde continuera vraisemblablement à avoir besoin d'efforts humains tels que ceux du Mouvement Hizmet. La pensée de Gülen, qui inspire l'œuvre du Mouvement, offre des ressources intellectuelles et spirituelles propres à aider les gens à relever les défis de la vie dans le monde moderne.


TOP