Une caractéristique remarquable du Mouvement est que les participants reconnaissent et respectent le système politique et affichent leur manque d'intérêt pour une prise de pouvoir et de contrôle sur l'État. Le Mouvement Hizmet adopte des formes d'action et d'organisation qui sont responsables et soumises à la médiation politique turque, sans s'identifier à elle. Le Mouvement n'agit donc pas en force d'opposition concernant une minorité, ou rejetant le système en vigueur en Turquie, ou résistant à la « rationalité » des décisions et des buts imposés par le système turc. Le Mouvement est un acteur culturel, un mouvement social, et non un mouvement politique.

L'hypothèse essentielle du Mouvement est que les partis politiques sont incapables de répondre aux demandes collectives. La raison en est que les partis sont structurés pour représenter des intérêts supposés rester relativement stables, avec un fondement géographique, professionnel, social et idéologique spécifique. Un parti doit donc assurer la pérennité des intérêts qu'il représente. Quand il doit représenter une pluralité d'intérêts, la structure traditionnelle d'un parti peut se révéler incapable de s'ajuster pour les coordonner. En effet, un parti politique peut difficilement arbitrer entre buts à court terme et à long terme. Obtenir des gains et des bénéfices à court terme exige d'un parti qu'il agisse en faveur d'intérêts instables, partiels et liés à une hiérarchie sociale. À l'inverse de ce que font les partis et les organisations politiques, la participation du Mouvement Hizmet à des projets sociaux dans des domaines particuliers de la vie sociale manifeste son manque d'intérêt pour les bénéfices à court terme et pour les positions hiérarchiques.


Partager cette page:
(* champs obligatoires)
TOP