La pratique sociale établie du Mouvement se focalise sur le rôle et les besoins de l'individu. Il insiste sur le besoin de l'individu de réfléchir sur soi et de s'accomplir. Sans s'égarer dans des formes de comportement narcissique, ou dans la recherche individualiste d'affirmation de soi et de gratification immédiate, le Mouvement Hizmet témoigne d'un profond changement dans le statut de l'individu et de ses problèmes. Grâce à des initiatives et à des services socioculturels, le Mouvement s'occupe des dimensions individuelles de la vie sociale et peut donc, par les efforts qu'il fournit, affecter la société dans son ensemble. L'espace où apparaissent de nouvelles formes d'action sociale n'est ni un espace politique, ni gouvernemental, ni étatique. Il éduque et socialise les individus sans individualiser ni politiser le social. Il admet que ni les individus ni le système n'ont jamais connu de changement à tous les niveaux en même temps et de la même façon. Le changement exige une longue période, d'immenses sacrifices, de l'engagement et de la patience, et ne peut être réalisé que par l'éducation, la paix et la coopération entre citoyens et civilisations animés des mêmes dispositions.

Dans une reformulation contemporaine des enseignements de Roumi, de Yunus Emre, et d'autres maîtres soufis classiques, Gülen insiste sur l'union du cœur et de l'intellect grâce à l'éducation. Il incite à s'engager de manière proactive et positive dans le monde moderne. Il conseille d'entrer en contact, par le dialogue et dans un esprit de coopération entre communautés religieuses, avec les classes sociales et pays différents.

Gülen s'est efforcé d'établir un dialogue entre idéologies, cultures, religions et groupes ethniques différents, en Turquie et dans le monde entier, bien au-delà des seuls cercles religieux traditionnels.


Partager cette page:
(* champs obligatoires)
TOP