Une secte crée des séparations, des divisions et des ruptures idéologiques et existentielles impossibles à surmonter. Sa politique identitaire et son appel tendent à dissimuler ou à nier le dilemme fondamental de la vie en société dans les systèmes complexes. Étant une organisation exclusiviste, une secte exige un long noviciat, une discipline rigide, un haut niveau d'engagement inconditionnel, et une intrusion dans les moindres aspects de la vie de ses membres. Quand une société ou des gens en quête d'accomplissement au sein de réseaux fermés particuliers se retrouvent incapables de gérer le flot d'informations auquel ils sont exposés, ils se retirent de la vie sociale et transforment leurs besoins spirituels en mysticisme intolérant. Si les prétentions identitaires d'un mouvement sont poussées trop loin, le mouvement finit par devenir une organisation sectaire conflictuelle, dotée d'une idéologie intolérante, et le mouvement tend alors à se fragmenter en sectes sûres d'elles et fermées. Si certaines questions ou différences deviennent politiques et contradictoires, et si le mode de prise de décision politique du mouvement est limité et incapable de résoudre les différences, le mouvement éclate en groupes sectaires.

Par contre, la vision du monde et l'action collective du Mouvement Gülen sont totalement différentes de celles d'une secte. Il n'est pas un isolationniste dans une structure purement fondée sur une communauté et de type sectaire. Gülen reconnaît et accepte volontiers la nature de la vie sociale dans les systèmes complexes et mondiaux d'aujourd'hui. Il a déclaré : « Nous devons savoir comment être nous-mêmes et rester nous-mêmes. Cela ne signifie pas s'isoler d'autrui. Cela veut dire protéger d'autrui notre identité essentielle, et suivre notre chemin parmi d'autres chemins. Alors que l'identité individuelle est nécessaire, il nous faut aussi trouver le moyen d'une intégration universelle. L'isolement du monde aboutira à l'anéantissement. »

Les participants au Mouvement Hizmet trouvent l'accomplissement au sein des réseaux de service et sont habilités à gérer plus aisément le flot d'informations. Ils ne se retirent donc pas de la vie sociale, et leurs besoins spirituels ne sont pas transformés en un mysticisme intolérant. Puisque les besoins identitaires et les demandes des participants ne sont pas poussés trop loin par une idéologie intolérante dans des réseaux de service, le Mouvement ne se transforme pas, en se fragmentant, en une secte conflictuelle et sûre d'elle, ou en une quelconque forme d'organisation sectaire. Puisque les problèmes ou les différences au sein du Mouvement ne sont pas politisés mais gérés dans une attitude de coopération plutôt que de conflit, et puisque la prise de décision est collective et consensuelle, le Mouvement garde sa capacité à résoudre les différences qui naissent de la multiplicité dans les sociétés complexes. Et c'est pourquoi le Mouvement Hizmet n'a jamais éclaté en groupes sectaires.


Partager cette page:
(* champs obligatoires)
TOP