À propos du fait d'être ou de devenir une secte, Gülen a dit qu'il « n'était pas personnellement favorable à une telle pratique ». Il dit que les participants au Mouvement « ne représentent pas, dans la société, un groupe séparé et semant la discorde », et « ils ne sont associés à aucun groupe, et n'ont développé aucun groupe de cette nature ».

Le Mouvement se distingue d'une secte ou d'un groupe autonome en ce qu'il opère en pleine conscience de son engagement vis-à-vis du champ social auquel il appartient, où il agit et auquel il contribue. Il a en commun avec le reste de la société un ensemble de problèmes généraux, et il cherche à trouver et à constituer avec d'autres des fondements et des références partagés. Gülen écrit : « Des développements immenses dans les technologies des transports et des télécommunications ont fait du monde un grand village. Dans ces circonstances, tous les peuples du monde doivent apprendre à partager ce village et à y vivre ensemble dans la paix et le secours mutuel. Nous pensons que les gens, quels que soient leur religion, leur culture, leur civilisation, leur race, leur couleur et leur pays, ont en commun plus de raisons de se rassembler que de se séparer. Si nous encourageons les éléments qui les incitent à vivre ensemble dans la paix, et qui les éveillent aux dangers de la guerre et des conflits, le monde pourrait être meilleur qu'aujourd'hui. »


Partager cette page:
(* champs obligatoires)
TOP