Les acteurs d'un conflit partagent un terrain d'action, un système de référence commun, quelque chose qui est en jeu entre eux auxquels les deux groupes se réfèrent implicitement ou explicitement. Les adversaires entrent en conflit à cause des définitions opposées de leurs objectifs, des relations et des moyens de production sociale qui posent problème entre eux. Le conflit se manifeste par un affrontement concernant le contrôle et l'allocation des ressources que les parties concernées jugent cruciales.

Par contre, le Mouvement Hizmet n'est pas l'expression d'un conflit. Les participants n'y violent pas les limites du système de relations sociales où leur projet de service et leurs efforts se situent. Ils n'enfreignent pas les règles du jeu, et ils sont toujours désireux de négocier les objectifs des institutions ou des projets de service qu'ils ont mis en place et qu'ils font fonctionner. Le Mouvement ne conteste pas la légitimité du pouvoir ou du système dans lesquels il est actif. Son action collective n'est pas rattachée à des classes, orientée politiquement, belliqueuse ou fondée sur la rivalité. Il ne poursuit pas des objectifs matériels étroits.

Le service proposé par le Mouvement ne s'est jamais associé avec des groupes marginaux et déviants présents dans les sociétés, et n'a jamais été infiltré par eux dans les institutions mises en place par les participants. Les services d'éducation ne se sont jamais dissous dans un simple comportement revendicatif ou dans une rupture violente, et n'ont jamais perdu leur capacité à affronter les problèmes éducatifs pour le bien commun.

Le Mouvement Hizmet s'efforce à éradiquer l'ignorance, le retard, la désunion, l'incroyance, l'injustice et les déviations. Aussi ne s'occupe-t-il pas de lancer un défi politique à la légitimité du pouvoir ou à l'affectation actuelle des ressources sociales. Le Mouvement ne peut donc se définir comme une réaction conflictuelle ou belliqueuse.

Cependant, Gülen et le Mouvement affrontent et essaient de résoudre des problèmes et des crises – des problèmes comme les tentatives de politisation de la religion, les tensions sociétales et sectaires et leur exploitation en vue de déséquilibrer la Turquie. Le Mouvement Hizmet s'oppose également aux activités indésirables telles que le fondamentalisme, le dogmatisme et la coercition, mais les participants n'essaient pas de contrôler des individus, des groupes ou des partis politiques particuliers ou l'État.


Partager cette page:
(* champs obligatoires)
TOP