Le Groupe d'Études de l'Ouest était à l'origine un groupe organisé au sein des forces armées turques (TSK). Il fut par la suite aboli ou modifié pour prendre la forme de diverses unités tactiques. Le Groupe d'Études de l'Ouest intervenait dans la politique et la gouvernance, et est devenu une unité de planification anti-démocratique de manigances et d'événements de type putschiste (comme le groupe fut démantelé, ses membres ont refait surface dans des unités combattantes des TSK, où ils ont continué à conspirer et à fomenter des coups d'État). Le Groupe prétendait que son nom incarnait son adhésion aux valeurs occidentales, car l'occidentalisation était un des principes fondamentaux de la République turque.

Pourtant, les actions de ses membres font mentir leurs paroles : la tâche de défendre la démocratie implique de jouer le jeu de la démocratie dans ses moindres détails, elle implique de demander à tous les acteurs politiques de rendre publiques les raisons de leurs positions et de leurs politiques, elle implique de s'assurer que les règles du jeu sont respectées, elle implique de combattre le monopole de l'information, elle implique de s'opposer de façon constructive aux politiques du gouvernement en offrant des politiques de rechange crédibles. Elle implique aussi de respecter l'autonomie des acteurs de la société civile. Leurs préoccupations ne doivent pas échouer dans l'arène politique, mais les acteurs politiques et la société en général doivent au contraire reconnaître et respecter la distance que les acteurs de la société civile maintiennent avec l'arène politique.

La culture de ce groupe d'intérêts particuliers, et d'autres du même genre, était malheureusement, le 28 février et au cours de la période qui a suivi le coup d'État post-moderne et l'intervention ultérieure, mal préparée à entreprendre la tâche de protéger la démocratie, car ces groupes ont toujours cherché à ramener tout ce que produisait la société civile à une lutte politique, à des menaces et à de la manipulation. Le peuple turc voit maintenant que les groupes d'intérêt tels que le Groupe d'Études de l'Ouest se moquaient des valeurs occidentales. Les membres du Groupe rêvaient d'un Occident privé de démocratie, de droits individuels, de droits de l'homme, de liberté religieuse et d'initiative civile.


Partager cette page:
(* champs obligatoires)
TOP