Bien qu'il ne fût lui-même impliqué dans aucun mouvement politique, Gülen s'engagea activement, en tant que prédicateur et enseignant, avec des personnes plongées dans la culture des mouvements de droite et de gauche. Il comprit que l'hyper-politisation artificielle des questions non politiques déformait et dissolvait de nombreuses choses dans la violence. Il fut témoin de crises au sein des mouvements politiques qui résultaient d'une augmentation des activités terroristes.

Il estimait que, dans des situations où la force brutale était proposée comme solution aux problèmes, « il est impossible de parler d'intelligence, de jugement, de droits, de justice et de droit. Ce sont au contraire l'arbitraire, l'injustice et l'oppression qui règnent à leur place. »


Partager cette page:
(* champs obligatoires)
TOP