En 1989, Gülen fut contacté par la Direction des Affaires Religieuses qui lui demanda de reprendre sa fonction. Sa licence fut rétablie pour lui permettre de servir en tant que prédicateur émérite, avec le droit de prêcher dans toutes les mosquées de Turquie. De 1989 à 1991, il prêcha à Istanbul le vendredi et le samedi alternativement à Istanbul et à Izmir, dans les plus grandes mosquées de ces villes. Ses sermons attiraient des dizaines de milliers de personnes, audiences sans précédent dans l'histoire turque. Ces sermons furent enregistrés sur cassettes vidéo et également diffusés.

Au début des années 90, la police découvrit plusieurs complots montés par des militants islamistes marginaux et par de petits groupes idéologiques visant à assassiner Gülen. Ces groupes placèrent aussi des provocateurs autour des mosquées où il prêchait, dans le but de provoquer le désordre dans les foules lorsqu'elles se dispersaient après les sermons de Gülen. Gülen avait averti la communauté de ces mauvaises intentions et les pratiques pacifiques du Mouvement étaient déjà bien établies, c'est pourquoi ces tentatives échouèrent et la police s'occupa des provocateurs.

En 1991, Gülen cessa une fois de plus de prêcher devant de grands rassemblements dans les mosquées. Il sentit que certains essayaient de le manipuler ou d'exploiter sa présence et la présence des acteurs du Mouvement à ces grands rassemblements publics. Il continua cependant à être actif dans la vie sociale, enseignant à de petits groupes et participant à l'action collective du Mouvement.


Partager cette page:
(* champs obligatoires)
TOP