Il y a eu une tendance dans la politique turque à essayer de traiter certaines questions très complexes – ethnicité, l'observance religieuse, la laïcité, le rôle des militaires dans la politique, la cohésion et la paix sociales, l'éthique du travail, les valeurs universelles – dans l'arène étroite de la concurrence politique. Cependant, suite à cette politisation des questions posées, aucun changement concret n'est intervenu dans le mode de fonctionnement des institutions publiques. Les problèmes sous-jacents continuent par conséquent à embarrasser la nation.

Face à cette situation de stagnation, les plateformes GYV ont exposé ces questions publiquement afin qu'elles puissent être présentées à l'ordre du jour des autorités de décisions. Ces plateformes ont permis la transformation des initiatives en possibilités de changement social, sans abolir l'autorité de décision de l'arène politique.


Partager cette page:
(* champs obligatoires)
TOP