La répartition du travail est fondée sur les règles formelles dans les institutions, alors que dans les réseaux relationnels les tâches sont distribuées de manière informelle selon les compétences que chaque membre a envie d'apporter à un projet. S'agissant d'entreprises formelles et institutionnalisées, les SMO ont entraîné le développement d'une gestion professionnalisée au sein du Mouvement.

Les acteurs reconnaissent la nécessité de la répartition du travail. C'est pourquoi le contrôle social et professionnel, dans toute SMO, se fait par supervision directe et par des règles formelles normalisées ou des sanctions universellement reconnues. Ce contrôle social et professionnel est aussi placé sous la supervision permanente d'un conseil d'administration ou des fiduciaires propres à chaque SMO. Cela garantit l'efficacité, la recherche de relations internes satisfaisantes et le respect des dispositions légales.


Partager cette page:
(* champs obligatoires)
TOP